vendredi 11 mars 2016

Louis Janmot - Autoportrait

Combien étrange est cet autoportrait de Louis Janmot dont la précision et la volonté d'hyperréalisme annonce déjà d'autres grands courants de ce XIXe siècle. Elève d'Ingres, il est aussi influencé par Hippolyte Flandrin, dont Le jeune homme nu assis au bord de la mer, peint à Rome en 1836, eut le succès qu'on lui connaît encore, influençant au XXe siècle les photographes.
Ici, Louis Janmot, dont la peinture est marquée plus tard par une prégnance importante du catholicisme, se portraitise lui-même avec cette espèce d'autofascination pour un visage jeune dans lequel il se cherche – il a alors dix-huit ans–, et si les traits masculins sont décelables, il donne également à voir certains traits encore féminins, recherche, peut-être d'une identité d'homme avant celle de peintre, qui lui est également indéfectiblement liée : sa palette, outre la convention d'autoportrait à la palette des peintres, est une protection autant qu'un emblème qu'il tient comme une jeune femme tiendrait un éventail, et il nous indique qu'il est gaucher ! Belle œuvre dont on peut déceler un aspect un peu provocateur...


Louis Janmot - Autoportrait à la palette - 1832





Hippolyte Flandrin - Jeune homme nu assis au bord de la mer - 1836
Le Musée de Beaux-Arts de Lyon donne à voir l'exposition «Autoportraits. De Rembrandt au selfie» du 25 mars au 26 juin 2016.

1 commentaire:

  1. Flandrin est plus inspiré en peinture qu'en littérature....

    RépondreSupprimer

C'est ici qu'on peut écrire ce qu'on veut, tags et graphes...